“13 reasons why” : une seule bonne raison de laisser son ado regarder la série

Suivez-moi

Martin Binette

Fondateur et Éditeur en chef chez Entre les Deux Oreilles
Martin Binette vit avec la maladie mentale depuis la jeune vingtaine. Grâce aux bons soins de son médecin-psychiatre et du support de sa famille, il a la chance de vivre aujourd’hui, une vie saine et équilibrée tant au niveau personnel, social que professionnel. Il est l'un des Visages de la campagne 2017-2018 de sensibilisation de l'Alliance Canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale.
Suivez-moi

Les derniers articles par Martin Binette (tout voir)

La série télévisée “13 Reasons Why” fait couler beaucoup d’encre ces jours-ci.

Plusieurs, dont la Ministre responsable de la santé publique ainsi que des intervenants en santé mentale et des spécialistes en prévention du suicide ont fait part de leurs inquiétudes face au potentiel “dangereux” du message véhiculé par la populaire série.

Produit par la starlette populaire auprès des adolescents, Selena Gomez et diffusée sur Netflix, la série met en scène une adolescente qui laisse derrière elle des cassettes audio pour expliquer son suicide.

Certains soulignent que la série semble “glamouriser” le suicide et qu’elle reste discrète sur les outils disponibles en matière de prévention. D’autres font part de leur crainte que des adolescents en détresse ou vulnérables puissent être tentés de passer à l’acte en regardant la série.

En tant que père d’un adolescent, je partage, en partie, ces inquiétudes.

Certes, la série comporte des failles importantes (le caractère vengeur de l’acte posé par le personnage principal, l’absence d’information sur les antécédents de maladie mentale chez la jeune fille), mais elle a au moins le mérite de parler d’un sujet tabou, trop souvent ignoré ou évité : le suicide chez les adolescents.

Rappelons qu’au Canada, le suicide est la deuxième plus fréquente cause de décès chez les jeunes âgés de 10 à 24 ans. Chaque année, en moyenne, 294 jeunes se suicident.

Constat effarant qui témoigne d’une triste réalité et de l’urgence d’une action et d’une intervention concertée en matière de prévention.

Mme la ministre Charlebois quand vous dites : “J’invite les parents à faire attention à ce que les adolescents regardent.”, j’ai le regret de vous dire qu’il est trop tard. Vos adolescents ont vu ou entendu parler de la série.

C’est LE sujet de conversation dans les écoles et sur les réseaux sociaux en ce moment.

Devons-nous donc appeler au boycott de la série? En interdire le visionnement aux adolescents?

Tous parents d’ados vous le diront : la coercition n’est pas la méthode la plus efficace en matière d’éducation. De plus, à l’ère du numérique et des technologies modernes, un adolescent qui souhaite visionner la série en trouvera le moyen.

Alors, si nous regardions la chose d’un angle différent?

Et si cette série, imparfaite soit-elle, s’avérait être une opportunité unique d’ouvrir le dialogue avec nos adolescents sur le suicide et les maladies mentales?

Et si cette série ouvrait la porte à une franche discussion entre parents et adolescents, sur des sujets connexes tout aussi importants comme l’intimidation, le harcèlement, le consentement sexuel. Tous des sujets abordés dans la série et qui meublent le quotidien de nos adolescents et adolescentes.

Profitons donc de l’occasion, alors que le sujet est chaud, de sensibiliser nos enfants au fait que le suicide n’est pas une option, que des ressources sont disponibles et surtout, que la vie mérite d’être vécue.

L’idée que parler du suicide à son adolescent pourrait lui donner l’envie de s’enlever la vie est un mythe qu’il faut déboulonner à tout prix et la meilleure façon d’y arriver est d’en parler.

Chers parents, prenons donc le temps d’écouter nos ados et de discuter de ces sujets sensibles et délicats avec eux. Exercice peut-être difficile, mais tellement important.

Et s’il n’y avait qu’une seule bonne raison de laisser son ado regarder “13 Reasons Why” :  celle d’ouvrir la porte au dialogue avec nos ados et leur témoigner qu’ils sont si chers à nos yeux?


Ce texte a été publié également sur le site HuffPost Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Martin Binette

Martin Binette vit avec la maladie mentale depuis la jeune vingtaine. Grâce aux bons soins de son médecin-psychiatre et du support de sa famille, il a la chance de vivre aujourd’hui, une vie saine et équilibrée tant au niveau personnel, social que professionnel. Il est l’un des Visages de la campagne 2017-2018 de sensibilisation de l’Alliance Canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale.

Style Selector

Colors

Layout Style

Patterns for Boxed Version

Images for Boxed Version