Écoute-moi, écoute-toi

Kellyanne Pellerin

Kellyanne Pellerin

Kellyanne est un petit bout de femme qui a récemment pris conscience de la façon dont elle vivait son existence. Dans un parcours ponctué de polyvalence et de persévérance, sous une idée de réussite et de perfection, elle vit intérieurement une grande vulnérabilité et est constamment envahie par la peur de déplaire. Elle souffre notamment d’anxiété généralisée et à autrefois fait face à une dépression. Elle a la chance de vivre aujourd’hui, une vie saine et équilibrée et, depuis ce jour, son but premier est de venir en aide aux personnes aux prises avec un trouble anxieux et/ou dépressif.
Kellyanne Pellerin

Les derniers articles par Kellyanne Pellerin (tout voir)

Les fameuses prises de conscience.

Rarement pour moi, car je ne sais pas les gérer. Du moment que je commence à trop penser,  je me perds “entre mes deux oreilles”.

Juste le fait que je doive me présenter résulte que plus j’y pense, plus ça me semble impossible.

Ça fait 20 ans que j’ignore qui je suis. On me décrit souvent comme étant mature, drôle et ouverte d’esprit mais, est-ce vraiment ça? Qui suis-je réellement? Ce sont ces questions qui me tourmentent la nuit.

Féministe, carriériste, amie de la faune et de la flore, mais surtout, inconnue de moi-même. Tout ce que je sais à ce jour, c’est que je me nomme Kellyanne et que j’ai 20 ans.

Vous savez, nous vivons tous et chacun des expériences de vie différentes. À seulement 20 ans, je n’ai pas énormément de vécu, j’en conviens, mais j’en ai assez pour savoir que ces expériences de vie peuvent s’avérer être heureuses, joyeuses, décevantes ou encore tristes.

Aujourd’hui j’ai décidée de partager avec vous ce qui se passe “entre mes deux oreilles”. Je vais donc vous parler d’une expérience qu’une personne près de moi a vécu.

En fait, je vais vous lire une lettre que j’ai écrite à cette personne.

Lorsque j’ai écrit cette lettre, j’ai été émue et j’ai senti une vague de tristesse me submerger car il m’a semblé qu’enfin, je me libérais.

La destinataire de cette lettre n’est malheureusement plus là pour m’entendre aujourd’hui. Mais je sais que, d’où elle est, dans mes souvenirs les plus profonds, elle m’entend. La lettre va comme suis :

De Kellyanne 20 ans, à Kellyanne 16 ans.

Allo ma belle,

Je me présente, car tu ne me connais pas et ce, malgré le fait que moi, je te connais mieux que toi-même.

Je suis Kellyanne, 20 ans. En vérité je suis toi, dans quatre ans. Ça peut te sembler un peu étrange j’en conviens, mais ne t’en fais pas, je suis là pour te guider.

Toi, jeune, souriante et pleine de vie que tu es, prend place et installe toi bien car ce qui suit, touchera directement tes cordes sensibles.

Présentement, tu as 16 ans. Tu vis au jour le jour et c’est tout ce qui importe, puisqu’au bout du compte, tu es heureuse.

Tu as tout ce que bien des gens voudraient : une famille qui t’aime, un copain avec qui ça va bien. Tu excelles à l’école et dans absolument tout ce que tu fais. Tu as des amies, une sœur qui t’admire et qui t’envie. Tu ne te soucie pas de demain et tu ne sais même pas si tu seras là dans 4 ans.

Au jour le jour, comme tu dis si bien.

Dans 5 mois environ, si je calcule bien, ta vie prendra brusquement tout un autre sens. Toi, qui est toujours heureuse et toujours présente pour remonter le moral des autres, tu seras diagnostiquée “en dépression”.

Oui, oui, tu as bien compris, une dépression.

Une longue, lourde, pénible, et trop sombre dépression pour une petite personne comme toi. Une dépression dont tu ne croiras jamais te sortir. C’est vrai.

“Ben voyons, au jour le jour” te diras-tu! “Ce diagnostic est faux! C’est juste une passe voyons! Pas moi, je suis toujours heureuse de toute façon. Ce diagnostic est faux.”

C’est ça que tu te diras avec ta belle tête de cochon. Avoue-le que tu as peur, avoue-le que tu as honte.

Dans un sens tu as quelque peu raison. Tu es toujours heureuse et tu as tout ce que tout le monde rêve. Alors pourquoi ça t’arrive?

Pour tout te dire, c’est ton petit cerveau le problème. Il a cessé de fonctionner correctement.

Le neurotransmetteur qui produit la sérotonine dans ton cerveau s’est éteint. Bien sûr à 16 ans tu ne connais rien de ces termes. La sérotonine est quelque chose que ton cerveau produit naturellement. C’est cette chose qui te rend joyeuse. Mais toi, ton cerveau, il n’en produit plus.

Je sais que tu refuseras d’y croire tout ce temps, tous ces long mois. Tu préféreras te cacher plutôt que d’en parler. Tu préféreras faire comme si rien de tout ça n’était vrai. Tu n’iras pas chercher l’aide qui t’es proposée, car tu le sais, t’es une tête de cochon.

Vivre la dépression sans soi-même se l’avouer me semble rendre la chose cent fois pire.

Quand trouveras-tu enfin la force d’en parler Kellyanne? Et bien ce sera vingt mois plus tard. Vingt mois après ton diagnostic. Un an après ta guérison.

Heureusement pour toi, ton cerveau redémarra seul, sans l’aide des médicaments que tu refuses de prendre, sans l’aide que tu refuses d’aller chercher. Ce neurotransmetteur éteint depuis trop longtemps reprendra vie soudainement sans aucun élément déclencheur connu. Pour l’instant je sais que tu ne vois pas le bout et que pour toi c’est bientôt fini. Mais n’abandonne pas, je t’en prie.

Prend exemple sur moi, je suis plus forte et j’ai grandi. Je n’ai plus peur. Je n’ai plus honte. Je m’en suis sortie et je peux dire à tous ceux et celles qui vivent une dépression, vous vous en sortirez.

Ayez courage.

Pour finir, Kellyanne j’ai ceci à te dire : soit forte, tiens-toi debout et affronte tous les défis qui se présenteront à toi.

Non seulement dans les 13 mois à venir, mais bien tout au cours de ta vie. Promet-le moi.

Prend soin de toi. On se revoit dans quatre ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kellyanne Pellerin

Kellyanne est un petit bout de femme qui a récemment pris conscience de la façon dont elle vivait son existence. Dans un parcours ponctué de polyvalence et de persévérance, sous une idée de réussite et de perfection, elle vit intérieurement une grande vulnérabilité et est constamment envahie par la peur de déplaire. Elle souffre notamment d’anxiété généralisée et à autrefois fait face à une dépression. Elle a la chance de vivre aujourd’hui, une vie saine et équilibrée et, depuis ce jour, son but premier est de venir en aide aux personnes aux prises avec un trouble anxieux et/ou dépressif.

Style Selector

Colors

Layout Style

Patterns for Boxed Version

Images for Boxed Version