Histoire d’une Borderline

Nancy Duguay

Nancy Duguay

Blogueuse et marginale à temps plein. Fréquente l'université de la vie. Autodidacte en psychologie et un brin de psychiatrie et spiritualité. Se bat contre les préjugés envers la maladie mentale, étant elle-même atteinte depuis son enfance. Elle aide les autres du mieux qu'elle peut avec son écoute et son soutien.
Nancy Duguay

Les derniers articles par Nancy Duguay (tout voir)

Tout a commencé lorsque ma mère a rencontré mon père dans un entrepôt où ils travaillaient ensemble, à Montréal.  Mon père est d’origine acadienne du Nouveau-Brunswick. Il a dû trouver du travail et son destin a été de rencontrer ma mère. Ils avaient 20 ans.

Voici leur portrait respectif. Mon père était alcoolique et toxicomane et ma mère très dépendante-affective ayant en plus, un retard d’apprentissage dû à un manque d’oxygène au cerveau à sa naissance.

Ma mère avait déjà donné naissance d’une fille avant moi, d’un autre géniteur et par force majeure, cet enfant a dû être donné en adoption.  Ma mère a suivi mon père au Nouveau-Brunswick et j’ai été conçue et suis née là-bas. À cet époque, c’était surtout ma grand-mère et ma nounou qui me gardaient.

Pour une quelconque raison, ma mère et moi avons quitté pour Montréal, en train.  Nous avons habité dans un très petit logement dans Rosemont-Petite-Patrie.  Ne pensant qu’à assouvir son manque d’affection, ma mère traînait dans la taverne non loin d’où nous habitions, me laissant seule dans ma couchette.  Une de ses soeurs habitant dans le même bâtiment que nous, soit en bas, m’entendit pleurer un jour, sans arrêt.  Elle a frappé à la porte à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’elle décide d’appeler la police.  Ces derniers ont dû défoncer la porte et m’ont trouvé dans ma couchette avec mon biberon rempli de bière.  La justice a dû s’en mêler et ma tante m’a alors prise en charge.

Bien que ses intentions étaient bonnes, elle a dû forcer mes grands-parents à me prendre, parce qu’elle travaillait à temps plein. Malgré, encore une fois, les bonnes intentions de mes grands-parents, j’ai eu à me promener de gauche à droite. Chez une autre tante. Au pensionnat. De retour avec ma mère qui était, en ces temps de mes 9 ans, mariée à un pédophile violent. À nouveau chez ma tante et ensuite chez un oncle marié avec une femme qui ne m’aimait pas.

Pour finalement aboutir à l’âge de 12 ans, en famille d’accueil.  Ils n’ont jamais eu d’enfants et n’en ont jamais voulu.  J’étais là, seule.  Ils m’ont prise pour se faire passer pour des héros, pour se procurer des honneurs de leurs proches et c’était assez transparent.  J’ai vécu beaucoup de violence psychologique, d’humiliation, de dénigrement.  Mon seul refuge était ma chambre.  Même si la nourriture était très bonne, voire même excellente, c’était un supplice de descendre pour manger.

De plus, à l’école secondaire, j’ai vécu beaucoup d’intimidation parce que j’étais différente.  À 21 ans, bien que j’étais une adulte, j’avais une enfant frustrée en moi. Mais je devais faire face à mes responsabilités d’adulte puisque je vivais en appartement.

Mes anciens patterns sont derrière moi maintenant.  Je suis toujours fragile mais forte en même temps.  J’ai coupé avec tout ce qui est négatif pour moi et j’apprends à me prendre en douceur et à m’aimer.

J’ai été une bonne collectionneuse de jobs, de tentatives d’études pour finalement me retrouver en 2001 (j’avais 26 ans) en dépression majeure avec des pensées suicidaires.  Je suis tombé dans la boulimie (manger des cochonneries à l’excès et se faire vomir), l’alcool, la marijuana, le sexe à outrance et quelques vols.  Graduellement, j’ai cessé ces horribles habitudes depuis.

J’ai tenté de me suicider 5 fois.  Ce n’est qu’en 2008 que j’ai fait la rencontre d’un psychiatre vraiment attentionné. Bien qu’en 2002 on m’avait alors diagnostiqué d’un trouble de la personnalité limite, il en reste que je souffre de plusieurs troubles mentaux tels que psychoses, névroses, dépression, anxiété etc. Ce professionnel m’a donné beaucoup de son temps pour m’écouter et évaluer, non seulement ma condition, mais également ma situation en général.  Il a trouvé LE bon cocktail de pilules pour moi.

En 2009, j’ai commencé à fréquenter un centre de jour en santé mentale pour briser l’isolement, rencontrer d’autres personnes dans une situation semblable à la mienne et obtenir du soutien moral des intervenants. Durant la même année,  j’ai déménagé dans un logement supervisé en santé mentale et je m’y trouve actuellement très bien et en sécurité. Je vis avec ma chatte Lisa qui me rend très bien le bon traitement que je lui donne.  Elle est ma zootherapie.

Depuis 2013, j’ai beaucoup cheminé. Je possède d’excellents outils. Sans oublier, ma volonté.  De plus, j’ai cessé le tabac il y plus de trois ans déjà.  Mes anciens patterns sont derrière moi maintenant.  Je suis toujours fragile mais forte en même temps.  J’ai coupé avec tout ce qui est négatif pour moi et j’apprends à me prendre en douceur et à m’aimer.  J’ai maintenant 40 ans et je ne fait que commencer à vivre.

J’ai découvert que je suis une personne plus forte que je ne le pensais. Que j’ai de la valeur même si plusieurs personnes m’ont froissées ou même déchirées. Que je suis une éternelle célibataire bien assumée. Que j’ai un coeur généreux mais que je ne dois pas oublier l’essentiel : moi, ensuite les autres.

J’ai découvert finalement que malgré tout ce que j’ai vécu, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

3 comments

  1. WOW bravo, ne lâche pas, tu as su écouter la voix de ton âme…..tu es unique et ton unicité tu te dois de l’aimer…c’est alors que la vie parvient encore a nous émouvoir….Tu mérites toute mon admiration…ce ne sont pas les bâtisseurs matériels qui démontrent le plus d’évolution mais les bâtisseurs d’un temple intérieur…..et toi tu as su l’atteindre…..encore bravo et bonne continuité SOPHIE

  2. Salut,

    j’ai pris le temps de lire ton blog et il est très intéressant

    Si tu le souhaite,je t’invite à rejoindre mon groupe sur facebook sur le tpl.J’ai créer ce groupe pour les personnes vivants avec un tpl qui aimeraient partager

    leurs positivismes,leurs petites ou grandes réussites,leurs citations favorites,leurs créativités ect!

    https://www.facebook.com/groups/135585786857857/?fref=ts

    byebye au plaisir Myriam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nancy Duguay

Blogueuse et marginale à temps plein. Fréquente l’université de la vie. Autodidacte en psychologie et un brin de psychiatrie et spiritualité. Se bat contre les préjugés envers la maladie mentale, étant elle-même atteinte depuis son enfance. Elle aide les autres du mieux qu’elle peut avec son écoute et son soutien.

Style Selector

Colors

Layout Style

Patterns for Boxed Version

Images for Boxed Version