Sortir de l’ombre : quand l’écoute fait sa part

Hella Ahmed
Suivez-moi

Hella Ahmed

Blogeuse chez Santé Mentalité
Hella A. est une facilitatrice et auteure en voie d’être publiée. Elle vulgarise des sujets d’intérêt en santé mentale avec ses blogs et sensibilise à la déstigmatisation depuis 2012 en produisant les Podcasts de Santé Mentalité dont elle est la fondatrice, avec la collaboration de professionnels de la santé, enseignants et vulgarisateurs. Elle publie également des témoignages en lien avec le vécu avec un problème de santé mentale, la résilience et le rétablissement, sur son site santementalite.com où elle rend accessibles des services en santé et mieux-être et solutions de communication.
Hella Ahmed
Suivez-moi

Les derniers articles par Hella Ahmed (tout voir)

Se sentir isolé et délaissé dans une réalité où douleur et confusion ont pris place est la pire des situations. C’est comme avoir plongé dans la vie et manquer de souffle, vouloir mettre la tête hors de l’eau et rester figé.

Le dialogue intérieur devient sombre et les fantômes du passé, violences, échecs, regrets, deviennent les événements d’une histoire triste qui se répète en boucle jusqu’à brouiller la vue et cacher le soleil du jour qui se lève.

Une écoute sans jugement 

C’est le meilleur premier remède qui puisse exister pour sortir de l’ombre et combattre la détresse psychologique qui ressemble à un gouffre et qui peut finir en engrenage. Voilà pourquoi on ne cesse de parler d’écoute active depuis que l’on voit le soutien et les soins de façon réaliste, avec intelligence et humanité.

Il y une façon d’aider sans infantiliser ou culpabiliser, au-delà des remontrances et des jugements de valeur, il y a la compassion et l’écoute active, celles qui aident à briser les chaines de la souffrance et nourrir le courage d’être soi, celles qui cultivent l’envie de prendre soin de soi et de faire les meilleurs choix, qui aident à faire face aux illusions et aux désillusions sans s’effondrer, qui viennent nourrir l’envie de chasser la douleur de l’incompréhension pour sortir de la prison mentale et de la rumination.

L’amour et l’empathie

Quand on a eu la malchance d’être mal entouré durant les moments de détresse, il a pu y avoir engrenage, et quand on s’est un peu découragé, qu’on s’est refermé, c’est parfois difficile de trouver les mots pour exprimer son malaise et amorcer le changement.

Se sentir aimé, c’est exister avec des liens non toxiques, c’est rompre le silence, c’est dialoguer avec soi autrement, c’est retrouver le goût de communiquer dans la clarté, c’est reprendre contact avec sa valeur, c’est utiliser cet amour comme force pour combattre ses peurs et ses angoisses, c’est retourner à l’essentiel pour apaiser sa partie traumatisée.

L’empathie ne se trouve pas dans une potion magique, c’est fort heureusement la capacité humaine de comprendre ce que vit l’autre pour l’accompagner dans un cheminement au paysage coloré de compassion, de bonnes intentions et de la liberté de choisir à tout moment de devenir son meilleur allié face à l’adversité.

Demander de l’aide et persévérer

Prendre la chance de faire confiance, c’est un premier pas, le plus grand. Quand on communique avec des personnes de confiance, on sent rapidement un changement en soi, l’autocompassion vient doucement répandre sa chaleur.

Tout à coup, on cesse d’accepter de souffrir autant et on voit assez de lumière au bout tunnel pour trouver le courage de continuer à avancer vers un beau paysage. On retrouve son souffle et on sort de l’ombre.

Réussir à se faire aider quand on manque de soutien social et de moyens, ce n’est jamais évident. Malgré tout, il faut persévérer, chaque jour est un début possible à la création de nouveaux liens et l’expérimentation d’un état de quiétude.

S’écouter soi-même, plus tôt qu’un peu tard 

Lorsqu’on a besoin d’être écouté et qu’on ne se sent pas bien entouré ou que l’on n’est pas assez entouré comme il le faudrait, on peut finir au bout du compte par s’écouter soi-même un peu plus, mais ça prend une base d’amour de soi assez solide pour faire face aux plus grandes épreuves sans se décourager.

Les jugements blessants et les obstacles à répétition, ça attaque cette disposition naturelle que nous avons à se protéger et à être son propre bienfaiteur. On peut finir par croire à tort que l’on n’a pas de mérite ou de valeur si on perd de vue notre amour de soi.

Il vaut mieux s’écouter un peu plus avant d’être trop éprouvé et éloigner les interférences et les paroles qui ne font pas de sens quand il en est de son bien-être personnel. Ne pas abandonner sa plus grande mission dans la vie, c’est prendre soin de soi, respirer et aimer tant que c’est possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hella Ahmed

Hella A. est une facilitatrice et auteure en voie d’être publiée. Elle vulgarise des sujets d’intérêt en santé mentale avec ses blogs et sensibilise à la déstigmatisation depuis 2012 en produisant les Podcasts de Santé Mentalité dont elle est la fondatrice, avec la collaboration de professionnels de la santé, enseignants et vulgarisateurs. Elle publie également des témoignages en lien avec le vécu avec un problème de santé mentale, la résilience et le rétablissement, sur son site santementalite.com où elle rend accessibles des services en santé et mieux-être et solutions de communication.

Style Selector

Colors

Layout Style

Patterns for Boxed Version

Images for Boxed Version