Un pas à la fois

Chantal Corriveau

Chantal Corriveau

Maman de deux jeunes adultes qui font sa fierté, aimant profondément les gens, dotée d'une bonne écoute et empathique, Chantal travaille depuis plus de 30 ans dans le domaine de l'assurances et service à la clientèle. Elle est ce qu'on pourrait appelé "la fille d'à côté"
Chantal Corriveau

Les derniers articles par Chantal Corriveau (tout voir)

Novembre 2015

Je suis de plus en plus fatigué. Je fais de l’insomnie chronique et il m’est de plus en plus difficile de faire mes journées et mes tâches.

Décembre 2015

Je suis tellement à bout que je décide de prendre une semaine de vacances pour me reposer à la maison.

Moi qui adore les fêtes de Noël, cette année, je n’ai pas la force et je ne fais aucune décoration, aucune pâtisseries et aucune réception.  Je refuse même les invitations.

Je n’en ai pas la force.

Janvier 2016

Un matin, c’est la cassure totale.

Je suis incapable de fonctionner, de me lever, de m’habiller, je ne fais que pleurer.  J’obtiens un rendez-vous en urgence avec mon médecin traitant et le diagnostic tombe:  Insomnie sévère et dépression majeure.

Je suis anéantie, car je sais très bien ce qu’est une dépression majeure. J’en ai fait une il y a exactement 16 ans et je me souviens encore très précisément de ce qu’est la sensation de toucher le fond.

Ce que je ne savais pas, c’est que cette fois-ci, la descente serait encore plus vertigineuse et le fond encore plus profond.

Je suis complètement paralysé. Je n’ai plus aucun intérêt, plus de concentration. J’ai peur de sortir de chez moi, mon hygiène est déficiente et je suis incapable de fonctionner.

Des idées suicidaires sont de plus en plus présentes ainsi que des plans d’actions pour passer à l’acte.

Je me dégoûte, je me déteste, je ne veux que disparaître et ne plus souffrir.

À la suggestion de mon médecin traitant, je me présente un matin à l’hôpital pour rencontrer le psychiatre de garde.  Je suis à bout.  La psychiatre suggère un changement de médication et me réfère à une travailleuse sociale de mon CLSC en gestion de crise.

Quelques semaines plus tard, mon assureur me propose un mandat de 8 rencontres avec une ergothérapeute en santé mentale et de mon coté je décide de suivre une psychothérapie.

Ce que je ne savais pas, c’est que cette fois-ci, la descente serait encore plus vertigineuse et le fond encore plus profond.

 

Aujourd’hui

Je vais mieux, mais je ne suis toujours pas en mesure de dire que je vais bien.

Je suis toujours suivi par mes thérapeutes et une kinésiologue se joindra bientôt aux intervenants que je vois déjà.

La remontée se fait un petit barreau d’échelle à la fois.  Les idées suicidaires ne sont plus présentes. Je recommence à voir des gens et à faire des tâches.

J’ai subi du jugement, car la dépression n’est pas une maladie visible.  Nous n’avons pas les deux jambes dans le plâtre qui montrent aux autres notre incapacité.

Non, la dépression, c’est plus insidieux.

J’ai la chance d’avoir une famille extraordinaire : mes parents, mes 2 grands garçons de 21 et 22 ans et des amis compréhensifs.

Près de 8 mois ont passés depuis ce fameux jours de janvier et je suis toujours en convalescence, à prendre soin de moi, et non pas à mes payer un été “off”.

Chaque jour est un défi. Il y a encore des journées difficiles, mais elles sont de moins en moins nombreuses.

Je m’écoute. J’apprends à faire des choix qui me convient et à dire non à ce qui ne me convient pas.  J’apprends à me respecter et à être en accord avec mon moi profond.

Je suis sur la bonne voie, même si je demeure fragile et que je sais que j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir.  Mais je sais aussi, que j’y arriverai.

Un pas à la fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chantal Corriveau

Maman de deux jeunes adultes qui font sa fierté, aimant profondément les gens, dotée d'une bonne écoute et empathique, Chantal travaille depuis plus de 30 ans dans le domaine de l'assurances et service à la clientèle. Elle est ce qu'on pourrait appelé "la fille d'à côté"

Style Selector

Colors

Layout Style

Patterns for Boxed Version

Images for Boxed Version