Article

«Les partisans du Canadiens sont bipolaires»

Les partisans du Canadiens
Auteur
Date

«Les partisans du Canadiens de Montréal sont bipolaires».

À quelques reprises cette semaine, j’ai entendu à la télé ou lu sur les réseaux sociaux des gens utiliser le terme « bipolaire » pour décrire les partisans du Canadiens de Montréal.

À titre informatif et éducatif, voici quelques faits éloquents sur la maladie affective bipolaire :

  • Le trouble bipolaire est une maladie mentale qui présente des périodes de dépression grave suivies de périodes d’euphorie ou d’irritabilité importante.
  • Chez l’individu atteint de maladie affective bipolaire, les variations de l’humeur sont hors de proportion avec les événements. Elles atteignent une intensité telle que l’individu ne se rend plus compte que son humeur exubérante ou que sa colère dépasse les bornes, ou encore sa dépression est telle qu’il en est paralysé et hanté par des idées suicidaires.
  • Ce déséquilibre amène des problèmes au travail, avec la famille et les amis, des problèmes financiers et judiciaires. Il peut conduire au suicide, à une faillite, à l’hospitalisation ou à l’emprisonnement.
  • Entre 3% et 4% de la population québécoise serait atteinte de troubles bipolaires. Parmi ce pourcentage, il y autant d’hommes que de femmes.
  • Une personne bipolaire non traitée aurait en moyenne une espérance de vie inférieure de 20 ans à l’espérance de vie dans la population générale, liée à différents risques.
  • On estime que 20% des bipolaires décèdent par suicide. Ce risque est 30 fois supérieur à celui de la population générale.

Vous êtes à la recherche de Ressources en santé mentale? Consultez notre page à cet effet

À contrario, la maladie affective bipolaire n’est pas :

  • Un qualificatif dont on affuble un collègue, un ami, un parent lorsque ceux-ci vivent des petites sautes d’humeur occasionnelles.
  • Le mal-être que ressent certain partisan suite aux récentes performances de leur équipe sportive favorite.
  • Un trait de caractère universellement répandu chez tous les individus ayant une opinion contraire à la sienne.

En somme, il est important ici de le rappeler que la maladie affective bipolaire n’est pas un mode de vie. Mais une maladie mentale grave ayant des répercussions importantes sur la vie de ceux qui en sont diagnostiqués ainsi que de leur proche.

L’utilisation de ce terme dans un contexte non médical est stigmatisant et contribue à maintenir les préjugés envers les personnes vivant avec le trouble bipolaire.

En cette Semaine Nationale de la Santé Mentale, il est d’autant plus important de le rappeler.

Vous êtes à la recherche de ressources en santé mentale?

Réseaux sociaux

Rester à l'affût

Logo Entre Les Deux Oreilles

Notre mission

Combattre les tabous et les préjugés entourant la maladie mentale et sensibiliser la population aux différents enjeux en santé mentale.

Abonnez-vous à notre infolettre