Les secrets du temps

Sophie Parmantier
Les derniers articles par Sophie Parmantier (tout voir)

Avoir deux parents atteints de problèmes de santé mentale c’est comme avoir deux épées de Damoclès au-dessus de la tête : on ne sait jamais quand elles vont frapper.

Les statistiques le confirment : avec un seul parent atteint de maladie mentale vous avez 50% de « chances » d’en être atteint également.

Avec ça, vous pouvez déjà prendre un abonnement chez un bon thérapeute dès le plus jeune âge.

Pourtant, de mon enfance mouvementée et envahie par la peur, je retire aujourd’hui des trésors.

Quand vous avez deux parents atteints de maladie(s) mentale(s), prévoyez d’associer la thérapie traditionnelle à des thérapies non conventionnelles, et pas qu’une, mais aussi à de la médication et là encore il n’est pas certain que vous en sortiez vivant.

Quand je vois mon parcours depuis mes 18 ans, il y a déjà 20 ans, et que j’entends, encore à notre époque, dire que les gens qui souffrent de dépression ou de bipolarité sont des personnes faibles, ça me fait frémir d’horreur.

Je pense au contraire qu’il faut se battre 1 000 fois plus fort pour atteindre le Saint Graal : l’équilibre.

Quand sera la prochaine crise maniaque de papa ? Quand sera la prochaine rechute alcoolique ou la prochaine tentative de suicide de maman ?

La peur obscurcit l’enfance qui perd de son innocence.

Mais ce n’est pas tout. La vie continue. Les obstacles que tous et chacun connaît restent à affronter.

Et nous, les « malades mentaux » luttons en plus chaque jour contre nos propres démons.

Nous grandissons en pensant avoir vécu une enfance « normale », mais dès que l’on commence à se livrer, à tenter de se délivrer de son passé en en parlant ouvertement : surprise ! Il n’en est rien…

Quand je me blessais petite, mon père m’appliquait sa salive sur ma plaie. Je haïssais ça, mais il disait que ça allait aider à guérir et c’était un beau geste paternel aussi maladroit que cela puisse paraître.

Pour les plaies de l’esprit, il ne m’a pas jamais donné de recette.

J’ai alors passé 20 longues années à faire du développement personnel qui m’ont amené à vouloir aider les autres.

Puisque j’avais déjà fait un beau parcours autant que ça serve à plus d’un.

La vie fait bien son œuvre. Rien n’arrive jamais par hasard, même les plus grands malheurs.

Ce lourd passé m’a mené à toujours mieux me connaître et m’apprivoiser et ont nourri mon envie de transmettre à d’autres par différents moyens que j’avais désormais à ma disposition.

Professeure de yoga et de méditation spécialisée dans l’équilibre, je travaille aujourd’hui à Québec comme thérapeute énergétique, praticienne Reiki et massage ayurvédiques.

J’ai trouvé mon chemin et ce que j’aime à penser comme ma mission de vie.

Je transmets le mieux-être par les mains en tendant la main aux autres avec toujours la même envie : accompagner et rendre les gens autonomes en leur offrant des outils personnalisés à leur situation.

Finalement, je me considère comme une chercheuse / chanceuse qui aurait obtenu un doctorat.

Une chercheuse de mieux-être.

Certes, ce diplôme n’est pas reconnu par le gouvernement mais peu importe, il vaut de l’or.

Il n’est jamais facile d’entrevoir le bon dans le mauvais, dans la tempête qui s’abat sur nous.

Mais le temps nous dévoile toujours ses secrets. Patience.

——————————

Sophie Parmantier – Ayurvéda Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sophie Parmantier

Sophie est journaliste, documentariste et thérapeute en médecines douces. D’origine française, elle a choisi de s’établir dans la belle province de Québec pour y réaliser ses rêves. Diagnostiquée bipolaire de type 2 en 2014, sa plus grande réalisation jusqu'à présent est d'être en vie et de l’aimer depuis 38 ans !

Style Selector

Colors

Layout Style

Patterns for Boxed Version

Images for Boxed Version