Lettre à toi, petite Lydia

Lydia Migneault

Blogueuse et collaboratrice chez Entre les Deux Oreilles
Spontanée, énergique et colorée sont les mots qui décrivent le mieux Lydia. Elle adore l'art sous toutes ses formes, spécialement la photographie et l'écriture. Tantôt heureuse, tantôt euphorique, tantôt suicidaire, elle nous amène dans son univers qu'est le TPL (trouble personnalité limite) et l'anxiété. Pas de tout repos ! Elle souhaite de tout cœur briser les tabous face à la maladie mentale et vous aider à y voir plus clair. Lydia est une femme remplie d'ambition qui souhaite s'impliquer dans sa communauté et donner aux suivants afin de sensibiliser les gens à la santé mentale. Fière de son chemin parcouru, elle est maintenant outillée pour se relever après chaque chute !
Lydia Migneault

Les derniers articles par Lydia Migneault (tout voir)

En cette journée qui me tient particulièrement à cœur, j’avais envie de t’écrire un message, à toi ma chère petite Lydia.

À toi ma chère Lydia qui a tellement cheminée ces dernières années. J’avais envie de te regarder sur ton petit lit rose avec ton beau sourire naïf.

J’ai ressorti de vieilles photos pour pouvoir te contempler, contempler tes yeux brillants et brûlants, remplis d’appréhension face à cette vie que tu as devant toi.

J’avais besoin de te dire merci d’être restée et d’avoir cru en moi. Merci de m’avoir permis de voir la vie avec tes yeux d’enfants et de m’avoir fait comprendre que ma vie ne faisait que commencer.

Merci d’être revenue et de m’avoir sauvée. Je suis vive d’esprit et brûlante d’ambition plus que jamais !

Ce fût tout un périple que nous avons entamé toi et moi ma chère petite Lydia. Nous avons effectué un 360 sur la vie.

Tu te rappelles quand la lumière s’est éteinte à l’été 2017 ?

Je me suis écroulée sur le plancher froid de ma salle de bain. J’ai soupiré un dernier instant, ma tête fracassant le sol et croyant que l’histoire s’arrêtait enfin à ce moment.

L’histoire allait s’arrêter pour toi et moi petite Lydia.

Tu étais disparue depuis un bon moment déjà. Je ne te ressentais plus du tout au fond de moi. La souffrance intérieure était devenue insoutenable, impossible à gérer.

Cette souffrance impossible à décrire. Une souffrance qui vous brûle tout l’intérieur du corps vous laissant en cendres. Une souffrance sans pitié qui vous glace le sang.

J’avais besoin d’un déclic. J’ai eu besoin d’hurler un cri du cœur. J’avais besoin qu’on m’écoute, qu’on entende ma peine.

Ce dimanche-là, je m’en rappelle comme si c’était hier, je n’avais plus rien à perdre. Rien !

Sans aucune larme, je me suis assise sur mon grand lit et je me suis mise à écrire cette lettre d’adieu. Je l’ai déposée près de moi.

J’ai respiré et j’ai étalé tous ces médicaments. Et Dieu sait à quel point il y en avait ! À cette époque noire, j’étais rendue à sept médicaments par jour et je les cumulais sans fin.

J’ai même pris soin de faire de petits tas pour chaque sorte et d’agencer chaque médicament avec son interaction la plus dangereuse.

Une fois le tout en place, j’ai relu ma lettre et je me suis installée bouteille d’eau à la main avalant chaque poignée une à la suite de l’autre sans m’arrêter.

Une centaine de médicaments plus tard, l’angoisse m’a frappée. J’ai pris le téléphone sans réfléchir et j’ai téléphoné à cette amie, qui, ce soir-là, m’a sauvée.

Elle est arrivée en panique quelques minutes plus tard. D’ailleurs, je m’excuse tellement mon amie de t’avoir crié des bêtises quand tu as voulu m’amener à l’hôpital.

Tu ressentais bien cette souffrance en moi. Je la voyais la panique dans tes yeux.

Tu as téléphoné à mes parents et après je me suis effondrée au sol inconsciente avec l’impression que mon voyage commençait.

J’ai entendu, dans une lueur, mon frère frapper le mur de rage, les policiers et les ambulanciers dans ma salle de bain essayant de me réveiller.

Je me suis réveillée entre les murs de l’hôpital avec tous vos yeux au-dessus de moi pleins de tristesse et de larmes. Les yeux de mon père, ceux de ma mère, de mon frère et ceux de mon amie.

Dans tous ces sanglots, je t’ai vu au loin dans la salle, petite Lydia. J’ai senti aussi vos prières à cet instant.

La nuit n’allait pas être de tout repos puisqu’il était trop tard pour effectuer un lavement de mon estomac. Mon petit corps, notre corps petite Lydia, devait donc absorber de lui-même chaque poignée que j’avais décidé d’ingérer.

Cette nuit-là, nous étions dans l’attente de savoir si mes organes allaient continuer de fonctionner normalement.

J’ai tellement eu peur de te perdre Lydia. Perdre ton beau sourire naïf étendu sur ton lit douillet tout rose.

J’ai tellement eu peur. Peur de tout ce que je venais de faire vivre à mon entourage, mais surtout tout ce que je venais de faire subir à mon corps.

Je m’en suis sortie indemne. Quelques inconforts à l’œsophage qui me suivront dans le futur, mais c’est tout.

Mon ange gardien était près de moi ce soir-là. Sais-tu quoi ? Mon déclic je l’ai eu !

Je te l’accorde j’ai décidé de l’obtenir à la dure, mais je crois que c’était nécessaire. J’ai donc enchaîné les semaines d’hospitalisation et un travail acharné.

Tu as pris ma main chère petite Lydia et tu m’as fait confiance. Nous l’avons fait ensemble, un jour à la fois, et quand c’était nécessaire une minute à la fois, mais on l’a fait !

Lydia, tu m’as appris à remarcher. Tu m’as appris à sourire à nouveau et à me relever quand je croyais que c’était devenu impossible. Tu as rallumé la lumière.

Quatre ans d’acharnement et de souffrance, d’essais et d’erreurs, de tentatives de suicide, d’hospitalisation, de suivis et d’arrêts de travail.

Il aura fallu ce déclic.

Un an et demi de thérapie privée, une nouvelle carrière, une séparation après sept ans de vie commune et un déménagement plus tard, me revoici en vie.

Je me suis retrouvée seule et j’ai renoué avec ma petite Lydia intérieure. J’ai fait un 360 complet et je suis revenue à la vie.

Je ne fais pas qu’exister désormais, je vis à pleins poumons ! Le soleil est revenu après tant d’années de travail.

Ton cœur d’enfant, petite Lydia, est revenu se poser côte à côte au mien.

Merci d’être restée et de t’avoir battue. C’est un travail de tous les jours entre toi et moi, mais qui devient facile de plus en plus et de moins en moins lourd grâce à tous ces outils.

Grâce à la parole et aux partages.

Chers lecteurs, ce message est un message rempli d’espoir. Ce message est peut-être en train de parler à cette petite Lydia qui se reconnait en toi et qui semble perdue.

S’il te plait, va chercher de l’aide. Va cogner à des portes et va soigner ton cerveau. Parle, crie, hurle, mais surtout n’aie jamais honte d’aller chercher de l’aide.

Tombe deux fois, relève-toi trois fois. Tombe sept fois, relève-toi huit fois, mais relève-toi toujours. Le soleil revient toujours, je te le promets !

Aujourd’hui, parlons-en, brisons les tabous ensemble. Aujourd’hui, Bell
cause pour la cause !

Aujourd’hui, car j’ai osé demander de l’aide, j’ai osé en parler, le soleil est revenu. “Here come the sun!”

La prochaine génération doit grandir en sachant que la santé mentale est un élément clé de la santé en général et qu’il n’y a pas de honte, de tabou ou de barrière à aller chercher de l’aide.

Hillary Clinton

Signée : La grande Lydia

#BellCause #BellLetsTalk

6 comments

  1. Bravo Lydia, quel courage extraordinaire tu as eu! Il est important de prendre soin de l’enfant qui est en chacun de nous. Je crois que c’est une des clés de la guérison.
    Que la vie te soit douce…..

  2. C’est bon de lire que le soleil peut revenir; qu’il peut briller à nouveau!
    Parce que des fois, c’est difficile d’y croire tellement le nuage stagne au dessus de ta tête. Le temps…le temps, c’est à lui qu’il faut faire confiance il paraît ; mais plus il passe, et plus c’est pareil. J’espère qu’un jour l’être humain deviendra la priorité numéro un des décideurs et de ceux qui les représentent et qu’un malheureux événement (accident, violence, maladie/blessure professionnelle) ne transforme plus la suite de ta vie en un combat pour lequel tu n’as pas pu t’entraîner.
    J’ai soudainement envie d’aller fouiller dans les vieux albums photos essayer de retrouver mon mini-moi.
    Merci pour ce témoignage ♡

  3. C’est bon de lire que le soleil peut revenir; qu’il peut briller à nouveau!
    Parce que des fois, c’est difficile d’y croire tellement le nuage stagne au dessus de ta tête. Le temps…le temps, c’est à lui qu’il faut faire confiance il paraît ; mais plus il passe, et plus c’est pareil. J’espère qu’un jour l’être humain deviendra la priorité numéro un des décideurs et de ceux qui les représentent et qu’un malheureux événement (accident, violence, maladie/blessure professionnelle) ne transforme plus la suite de ta vie en un combat pour lequel tu n’as pas pu t’entraîner.
    J’ai soudainement envie d’aller fouiller dans les vieux albums photos essayer de retrouver mon mini-moi.
    Merci pour ce témoignage ♡

  4. Bravo ma chère Lydia, ouf , ca s’appelle vouloir vivre, et renaitre de cette douleur qui disons le, fais trop de ravage. Merci de t’avoir relever et surtout de te permettre de vivre cette vie qui est la tienne. Tu redonne à ceux qui sont seul , et qui se crois abandonné, l’envie de sourire, de croire en la Magie de l’Amour. Tous nous vivons de ces moments un peu sombre, et même parfois une peine si grande qui nous brule de l’intérieur sans répis. Mais grâce à des personnes comme toi, le combat qui nous guettes nous conduit vers des chemins remplis d’espoir. N’abandonne pas cher lydia, car tu porte en toi un beau grand Soleil, un endroit pour s’y receuillir, en attendant que la tempête se fasse plus douce. —- Ta valeur est Royale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lydia Migneault

Spontanée, énergique et colorée sont les mots qui décrivent le mieux Lydia. Elle adore l'art sous toutes ses formes, spécialement la photographie et l'écriture. Tantôt heureuse, tantôt euphorique, tantôt suicidaire, elle nous amène dans son univers qu'est le TPL (trouble personnalité limite) et l'anxiété. Pas de tout repos ! Elle souhaite de tout cœur briser les tabous face à la maladie mentale et vous aider à y voir plus clair. Lydia est une femme remplie d'ambition qui souhaite s'impliquer dans sa communauté et donner aux suivants afin de sensibiliser les gens à la santé mentale. Fière de son chemin parcouru, elle est maintenant outillée pour se relever après chaque chute !

Style Selector

Colors

Layout Style

Patterns for Boxed Version

Images for Boxed Version